Dans un monde économique régi par les lois de l’internationalisation, la traduction multilingue est devenue un atout concurrentiel indispensable pour les entreprises. Les banques n’y échappent pas et leurs besoins en traduction financière sont croissants. Avec l’ère du tout numérique, que ne peut-on faire sur Internet aujourd’hui ? À peu près tout est réalisable en ligne, y compris la traduction. Si gain de temps rime avec gain d’argent, est-ce réellement le cas pour les banques quand elles ont recours à la traduction en ligne ? Focus sur une pratique répandue qui présente des risques réels, pourtant contournables.

 

Traduction automatique en ligne : l’attraction du digital

Dans le contexte économique actuel de mondialisation, les entreprises sont contraintes de s’adapter si elles veulent rester compétitives. La traduction fait partie de ces besoins en constante évolution. Le secteur bancaire n’échappe pas à cette logique concurrentielle et ses besoins en traduction sont importants.

Sur Internet, on trouve désormais de nombreux portails proposant un service de traduction automatique en ligne , gratuit et instantané, avec entre autres :

  • Google Translate,
  • Reverso,
  • DeepL,
  • Systran Premium Translator,
  • Microsoft Translator.

La traduction en ligne est attractive : gratuite, rapide, pratique et facile d’accès en quelques clics.

Le secteur bancaire n’échappe pas aux lois de la concurrence. Les collaborateurs ont besoin d’une traduction instantanée pour comprendre un document en temps réel ou l’adapter pour leur client. Du simple e-mail au document Word de plusieurs pages, tout peut être traité. Alors, la traduction en ligne est-elle vraiment la solution idéale ?

 

Traduction en ligne : les risques

 

Une qualité incertaine

Si les sites de traduction en ligne peuvent rendre service, il faut garder à l’esprit que la traduction automatique peut produire des contresens et autres faux-amis. Or, en traduction financière, leserreurs peuvent coûter très cher.

=> Ne manquez pas notre article sur comment éviter les erreurs en traduction financière

Toutefois, il est à noter que la technologie a fait de réelles avancées dans ce domaine. L’intelligence artificielle, et plus précisément l’apprentissage basé sur des réseaux de neurones , permet à présent de prendre en compte le contexte d’un mot dans une phrase et d’une phrase dans un texte.

Le plus grand risque de la traduction en ligne est d’une autre nature : il concerne la confidentialité et la sécurité informatique.

 

Des données sensibles

Les données bancaires sont dites sensibles. Or, pour confier la traduction d’un document à une plateforme de traduction en ligne, la banque devra fournir les informations confidentielles de son client, alors qu’elle est tenue au secret bancaire. Il s’agit alors d’une violation du Code monétaire et financier, passible d’une amende de 15 000 euros et d’une peine d’un an d’emprisonnement. De quoi faire réfléchir la banque et son collaborateur.

De plus, entrer de telles données sur un site Internet, c’est ouvrir la porte aux hackers. Pour eux, rien n’est plus simple que de récupérer les informations personnelles divulguées (nom, prénom, adresse IP).

Pour aller plus loin

Le marché de la cyber-assurance : la révolution commence maintenant . Une étude sur la cybersécurité.

D’autre part, il faut garder à l’esprit que les documents déposés sur un site de traduction en ligne ne sont plus privés. En d’autres termes, on perd le contrôle sur les contenus à traduire. L’utilisateur du site l’ignore souvent, pourtant le droit de réutilisation des données par la plateforme est clairement mentionné dans les conditions d’utilisation. Les documents fournis pourront donc être réutilisés à tout moment par le site de traduction en ligne, dès qu’une tierce personne essayera de traduire un texte similaire.

Enfin, il en va de la notoriété de la banque qui se sera exposée à de tels risques.

 

L’agence de traduction : un partenaire de confiance

Pour éviter ces risques de fuite de données et de cyberattaques, les banques doivent clairement proposer à leurs collaborateurs une solution alternative à la traduction en ligne. Alors, quelle carte jouer ? Celle de la confiance, en ayant recours à une agence de traduction.

En effet, une agence de traduction professionnelle présente plusieurs avantages :

  • une gestion de projets adaptée au secteur financier et bancaire,
  • des prestations sur mesure, rapides et confidentielles,
  • la réalisation de mémoires de traduction propres à la structure et sécurisées.

Recourir à une agence de traduction financière, c’est s’appuyer sur un partenaire de confiance. La plupart de ces agences sont un gage d’expertise et sauront garantir :

  • une confidentialité absolue,
  • l’exactitude stricte des données (chiffres, schémas, graphiques),
  • le respect des obligations légales et des normes pour toutes les typologies de documents financiers ou comptables,
  • la maîtrise des délais en matière de communication financière.

À noter

Les banques ont aussi la possibilité d’investir dans le déploiement de solutions internes, en intégrant sur site un serveur de traduction personnalisé et complètement sécurisé. Pour donner les bases nécessaires à une bonne appréhension des contenus, n’oubliez pas de prévoir la constitution d’un glossaire de traduction. Découvrez les bonnes pratiques pour un glossaire réussi .

 

L’ère de la mondialisation impose à toute entreprise, quelle qu’elle soit, de s’engager dans le multilinguisme pour conserver sa place sur les marchés. Il en va de même pour les banques. Pour elles comme pour beaucoup, la tentation est grande de recourir aux services de traduction en ligne. Mais l’enjeu n’est pas sans risques et ne doit pas occulter le revers de la médaille lié à la cybersécurité. La solution : opter pour la confiance en s’appuyant sur l’expertise d’une agence de traduction spécialisée dans le secteur financier.