Toutes les entreprises qui se développent à l’international comme la vôtre ont recours à la traduction. Le budget alloué à ces prestations est important, notamment pour un travail de qualité ! Et si vous utilisiez vos actifs linguistiques pour réduire les coûts ? On vous explique comment !

 

Mémoires de traduction : les meilleurs actifs linguistiques pour diminuer les coûts

La notion de “mémoire de traduction” ne vous dit rien ? Ne vous inquiétez pas : votre agence de traduction, comme tous les prestataires de la profession, est au fait de ce levier d’optimisation issu de la traduction assistée par ordinateur (TAO) !

Voici comment cet outil basé sur vos actifs linguistiques peut vous permettre de diminuer le budget consacré à la traduction.

 

Générez des mémoires de traduction pour chaque contenu déjà traduit

Vous ne le savez peut-être pas, mais chaque texte traduit peut vous permettre d’optimiser la traduction des suivants !

Grâce à des logiciels de TAO, l’agence de traduction génère des mémoires à partir de vos contenus déjà traduits. Il s’agit d’une base de données bilingue qui répertorie les segments de textes de la langue source et leur équivalent dans la langue cible.

Ainsi, à chaque nouvelle traduction, le système repère l’élément déjà traduit en déterminant s’il s’agit d’une concordance exacte ou partielle. La mémoire de traduction permet au traducteur d’évaluer la similitude avec un ancien contenu et de valider rapidement la traduction proposée.

Le professionnel n’a pas à intervenir sur la totalité du document à traduire : il traduit uniquement les nouveaux segments !

Le processus de mémorisation de vos actifs linguistiques est particulièrement adapté pour les gros volumes ou les documents répétitifs (plusieurs versions avec peu de modifications).

Cet outil de traduction est précieux pour :

  • Réduire vos coûts.Vous ne payez que les nouveaux contenus traduits ! Généralement, l’agence de traduction propose des tarifs compétitifs pour tout contenu issu de la mémoire de traduction.
  • Gagner du temps. Les délais de livraison sont optimisés, puisque le traducteur ne travaille que sur les nouveaux éléments.

 

Actualisez vos actifs linguistiques pour augmenter le potentiel de la mémoire

À chaque nouvelle traduction, veillez à actualiser vos actifs linguistiques !

En effet, créer des mémoires de traduction s’inscrit dans la durée. Cette opération doit être menée systématiquement pour enrichir le contenu de la base de données.

Avec un format de texte éditable, le logiciel de TAO identifie automatiquement les contenus similaires et différents. Une fois traduits, les nouveaux segments doivent être ajoutés à la mémoire pour être réutilisés dans les traductions suivantes !

Bon à savoir : bien évidemment, les mémoires de traduction ne sont utilisables que si vous collaborez régulièrement avec la même agence de traduction ! D’ailleurs, si vous voulez connaître les 3 bonnes raisons de rester fidèle à un prestataire, consultez un article dédié à ce sujet !

 

Réduisez la diversité des documents à traduire

Plus les documents confiés au traducteur seront similaires, moins il aura de contenus différents à traduire ! Réduire la diversité des documents permet de maximiser les similitudes. Grâce à cette bonne pratique, vous réduisez les coûts de traduction.

Comment faire ? Définissez des modèles lors de la rédaction des textes sources ! Qu’il s’agisse de communiqués de presse, de newsletters, de documents techniques, certains éléments peuvent être redondants.

Veillez à utiliser toujours les mêmes types de contenus pour les données fixes (mentions légales…) et à ne changer que le contenu propre à chaque document traduit.

L’objectif est de ne pas refaire traduire des éléments identiques, mais rédiger d’une autre manière.

Formaliser des documents types en amont de la traduction vous permet de :

  • Réutiliser un même contenu dans plusieurs publications.
  • Réduire vos demandes de traduction.
  • Homogénéiser les contenus.
  • Optimiser vos budgets.

 

Choisissez la simplicité pour réduire vos budgets de traduction

Si votre contenu est destiné à être traduit en plusieurs langues, adoptez l’écriture simplifiée dès la rédaction !

Avant même de confier votre texte source à un traducteur, veillez à mettre toutes les chances de votre côté pour limiter son intervention et réduire les coûts :

  • Utilisez un vocabulaire simple,
  • Formez des phrases courtes et claires.
  • Evitez les métaphores, les proverbes, les clichés qui sont spécifiques à chaque langue cible.

Bien sûr, ce conseil n’est pas toujours applicable. Par exemple, pour des traductions scientifiques, il est difficile de simplifier la terminologie !

Mais à chaque fois que possible, produisez des contenus simplifiés au maximum. Ils seront plus facilement traduisibles, notamment par un logiciel. Vous pourrez recourir à la traduction augmentée, une solution efficace pour réduire vos coûts :

  • Le texte source est traduit automatiquement (traduction automatique).
  • La traduction obtenue présente quelques erreurs. Le traducteur professionnel intervient pour améliorer le résultat et corriger les mauvaises formulations. Il s’agit de la post-édition.

Bon à savoir : si le sujet de la traduction automatique vous intéresse, nous vous invitons à lire notre article sur cette thématique !

Le travail du traducteur est bien moins long puisque la base de traduction est bonne. Il vous facturera moins cher et vous livrera plus rapidement. Grâce à ce processus, vous gagnez de l’argent et du temps !

Vous vous demandiez comment réduire vos budgets de traduction ? Vous avez maintenant la réponse ! Vos actifs linguistiques sont des leviers d’optimisation des coûts efficaces et faciles à utiliser à condition d’anticiper et de les travailler sur le long terme. Si vous ne l’avez déjà fait, parlez-en à votre agence de traduction spécialisée. Elle saura vous apporter son expertise dans ce domaine pour réduire la facture des prochaines traductions !